• ID4Africa

REPPORT SUR AVANCÉE EN MATIÈRE DE TECHNOLOGIES ET DE PROCESSUS

ID4Africa 2019, Jour 2: InF3, InF7 et InF11


Par Emmanuel Kpakpo Brown Officer supérieur, Authorité Nationale d’identification et VicePrésident du CII, Ghana


Télécharger le PDF


InF3: TITRES D’IDENTIFICATION SÉCURISÉS AVANCÉS


Cette session a exploré les innovations qui offrent des options attrayantes pour les efforts de modernisation des titres d’identité d’un pays, étant donné que des pièces physiques sont toujours nécessaires, même dans un monde numérique. La session a été modérée par R. Rajeshkumar, de Auctorizium Pte Ltd


Le premier sujet abordé durant la session a été celui des solutions complètes pour les documents d’identité biométriques (passeports électroniques, identifiants électroniques, système bioID) par Piotr Machado de PWPW. Ce dernier a indiqué que le processus d’une délivrance sécurisée des titres d’identité des systèmes identitaires actuels a connu une révolution majeure en termes de progrès technologiques, et a également conduit à une diversification importante en termes de modes d’options disponibles pour que les justificatifs d’identité répondent aux tendances mondiales et aux besoins de la population. Il a souligné le fait que l'identification biométrique peut être utilisée efficacement pour la vérification hors ligne et que la solution de correspondance sur carte, plus répandue, offre un meilleur outil de vérification sans accès direct aux données biométriques sensibles, contribuant ainsi à la protection et à la confidentialité des données - un problème majeur de préoccupation mondiale.


Le deuxième sujet de la session portait sur les technologies de pointe pour la personnalisation en couleurs des cartes d'identité en polycarbonate par Dr. Aweke Lemma de Veridos. La présentation s’est focalisée sur les images en couleur pour les identifiants en polycarbonate et a informé les participants des deux technologies de personnalisation qui répondent aux besoins de la personnalisation des identifiants. Il a cité les solutions POLYCORE ID et CLIP ID comme technologies innovantes en matière de personnalisation des couleurs développées pour améliorer la durabilité, la commodité et la protection des cartes d’identité contre la falsification.


Nicolas Jaouen d’Infineon a été le troisième conférencier à prendre la parole et a pose la question suivante : « Puis-je utiliser n’importe quelle puce dans mon passeport électronique ? ». Il a indiqué que les puces font partie intégrante de tous les documents électroniques sécurisés, en particulier des passeports, et qu’elles méritent d’être étudiées de manière critique dès le début de tout projet d’identité électronique. Il a ensuite abordé le theme des facteurs de performance clés qui doivent être pris en compte lors du choix d’une puce pour tout projet d’identité ou de passeport électronique. Ceux-ci incluent l'interopérabilité, la solidité, les performances et la sécurité.


La session s'est terminée par le thème de la modernisation du services public en Algérie, par le professeur Abderrazak Henni du ministère de l'Intérieur, et des collectivités locales et l’aménagement du territoire en Algérie, et par l'ambassadeur d’ID4Africa pour l’Algérie.

Il a évoqué les progrès réalisés par l'Algérie dans la modernisation de ses systèmes de documentation afin de fournir un meilleur service public à la population. Il a expliqué que les réformes avaient été difficiles, mais que le pays en récoltait désormais les fruits. Il existe un registre central numérisé qui a permis d’enregistrer et de délivrer des numéros d’identification nationaux (NIN) figurant sur tout document émis par l’État. Il a également ajouté que les cartes d’identité nationales étaient en polycarbonate et conformes à l’OACI.


InF7: AVANCÉES EN BIOMÉTRIE ET MOBILITÉ


La session s’est intéressée aux innovations de pointe dans les technologies et applications biométriques, avec une attention particulière aux plateformes mobiles qui génèrent de nouveaux paradigmes pour la gestion de l'identité. Elle a été dirigée par le docteur Michiel van der Veen, directeur, innovation et développement, National Office for Identity Data, ministère de l'Intérieur et des Relations au sein du royaume, Pays-Bas, en tant que modérateur.


Le thème d’une identité simple, sécurisée et néanmoins efficace au Nigéria du 21ème siècle par Tunji Durodola de la NIMC a ouvert la session en expliquant comment la Commission de gestion de l’identité nationale du Nigéria (NIMC) s’était positionnée pour fournir des solutions d’identité sûres et efficaces pour le 21ième siècle. Le Nigeria, a-t-il dit, a fait des progrès remarquables dans la gestion de son identité. Après avoir harmonisé la quasi-totalité des bases de données silo, il dispose désormais d'un identifiant unique pouvant être authentifié sur plusieurs appareils grâce au déploiement d'une application d’identité mobile pour une prestation de services efficace et pratique. M. Durodola a mentionné la « carte classique » comme prochaine étape pour la NIMC. Il a précisé qu'il s'agissait de la carte d'identité électronique nationale de la prochaine génération, à double interface (contact et sans contact) et dotée d'une émulation DESFire intégrée.. He said that is the next generation National eID Card with a dual-interface (contact and contactless) and has an in-built DESFire Emulation.


En conclusion, il a déclaré que la phase classique de la carte du programme d'identité nationale continuerait à impliquer le secteur privé et se concentrerait sur le développement des talents locaux afin de fournir les solutions pratiques requises aujourd'hui par l'Afrique, et pour les Africains.


Puis vint le sujet : Vers un gouvernement mobile par Julien VINTROU de NXP Semiconductors.


Il a expliqué que le monde est en train d’avancer rapidement vers la fourniture d'une identité mobile (mID) et que les gouvernements ont commencé à déployer une application d'inscription basée sur un smartphone NFC et que les avantages sont énormes. Parmi les principaux avantages, il a cité la commodité, la sécurité, la confidentialité, la flexibilité et la réduction des coûts.


Robert Garrigan de Credence ID a traité le sujet suivant : L’identification mobile ne concerne pas uniquement les appareils mobiles.


Garrigan a d'abord évoqué les investissements importants des gouvernements et du secteur privé dans de nombreux pays, dans le seul objectif de renforcer leurs systèmes d'identification juridique, notamment les registres d'état civil, les identifiants nationaux, les registres d'électeurs, etc., mais se concentrent le plus souvent “uniquement” sur le matériel mobile.


Il a déclaré qu'un simple appareil mobile ne permettait pas de fournir des services biométriques d'identification mobile aux citoyens. De plus, il a admis que, même si des appareils ou du matériel mobiles sont nécessaires pour la fourniture de services d'identification mobiles centrés sur le citoyen, le choix essentiel doit être de choisir des outils de pointe qui permettent aux propriétaires de projet de transférer efficacement les logiciels sur des appareils et analyses déployés de données transactionnelles fournissant des informations aux parties prenantes et aux sponsors.


La biométrie et mobilité multi-modales, dernier sujet de la session, a été présenté par Graham Saunders de NEC Africa. Il a souligné que la biométrie est devenue essentielle pour la gestion de l'identité et que la question de savoir quelle est la meilleure biométrie continue à se poser, et il a ajouté que l'expérience du monde réel avait montré que toutes les biométries sont nécessaires.


InF11: INTEROPERABILITY, STANDARDS & SCALABILITY


Cette session a porté sur l’interopérabilité et la fourniture de services biométriques et d’identité sur le cloud. Les présentations visaient à illustrer des cas d'utilisation de technologies de pointe dans des contextes du monde réel pertinents pour l'environnement africain. La session a été animée par le docteur Jean Salomon de JSCP Consulting.


L’histoire de deux identifiants: interopérabilité, évolutivité et normes, a été le sujet de départ traité par Christophe Malgorn de HID Global. À ce sujet, Malgorn a indiqué que les deux identifiants auxquels il faisait référence dans le titre étaient le passage au titre d’identité en polycarbonate et l’identité émergente mobile. Selon lui, le polycarbonate donne lieu à une carte de sécurité physique plus robuste, permettant des éléments de sécurité avancés, une personnalisation et une automatisation haute définition tout en sécurisant les identifiants mobiles émergents, permettant une émission et une administration à distance, un enregistrement facile et un déploiement économique. Les deux identifiants, at-il dit, se complètent mutuellement afin de répondre pleinement aux critères d'interopérabilité, d'évolutivité et de normes d'identification. Il a ensuite mentionné par exemple que les informations d'identification délivrées par les citoyens sur les cartes à puce peuvent être étendues à un identifiant mobile offrant des fonctionnalités supplémentaires, des options de sécurité et de confidentialité.


Malgorn a conclu le sujet en laissant entendre que les identifiants mobiles ne remplaceraient pas totalement les cartes physiques aujourd'hui et a appelé les acteurs du secteur à émettre plutôt des cartes physiques avec un identifiant mobile pour obtenir une valeur ajoutée.


La biométrie comme un service (Baas) : une approche économique de l’identification des clients – une étude de cas sur les soins de santé en Afrique a été le deuxième sujet de la session et a été présenté par Dr David Benini de Aware. Celui-ci a souligné la nécessité cruciale de collecter des données biométriques pour permettre la fourniture de services sécurisés et pratiques à la population. Son étude de cas a porté sur l'identification du patient et indiquait que son identification erronée était un problème grave pouvant être principalement attribué à l'enregistrement biographique textuel, aux contraintes de temps dans la recherche de dossiers médicaux physiques et à la duplication de ces dossiers. Ces lacunes sont pour lui l’intérêt de la biométrie, d’où l’introduction d’une technologie avancée connue sous le nom de software as a service (SaaS) qui, dit-il, est un logiciel d’entreprise basé sur le cloud qui convient parfaitement à la « biométrie comme un service » (BaaS).


Le docteur Benini a indiqué que le SaaS, lorsqu’il est suivi pour l’enregistrement biométrique du patient, permet des soins de santé à distance mobiles et un flux de travail automatisé.


Une norme africaine pour une identité biométrique globale, par Hof RETIEF, a expliqué comment l’Afrique aujourd’hui peut être décrite comme étant « dénuée d’une identité », puisqu’il n’existe pas d’identité unique et commune aux Africains. Il a noté que chaque pays du continent émet une carte d'identité qui n'est pas interopérable avec les autres. Les développements récents dans la région de la CEDEAO ont été mentionnés comme une bonne initiative pour normaliser les cartes et les rendre conformes à l’OACI parmi les 15 États membres. Bien que l’initiative de la CEDEAO ait été saluée, M. Retief a rapidement ajouté qu’une authentification biométrique forte exigerait une infrastructure complexe. Selon lui, le modèle Adhaar serait plus efficace pour un système de carte d’identité panafricain. Il a appelé cela « UID fédération panafricaine » - avec de nombreuses possibilités telles que :


  • Aucun pays exposant les données des citoyens ü

  • La carte d'identité devient facultative, ce qui réduit les coûts d'investissement ü

  • Identifiant de transaction vérifiable permettant une simple signature numérique en Afrique

Il a conclu en déclarant que le système UID proposé pouvait accueillir plus de 1,3 milliard de personnes et que l'Inde avait prouvé son efficacité et qu'il appartient maintenant à l'Afrique de passer à la vitesse supérieure.


L’identité numérique en tant que catalyseur de l'interopérabilité entre les gouvernements africains par Chimezie Emewulu de Seamfix Limited fut le dernier sujet de la session.


M. Emewulu a évoqué la "surdose" de biométrie sur le continent africain - expliquant que presque tous les gouvernements collectent un mode de biométrie ou un autre et attribuent cela au manque d’interopérabilité entre les systèmes d’identité des gouvernements africains - les silos.


Il a déclaré que dans cette 4ème révolution industrielle, les gouvernements doivent plutôt se concentrer sur la construction de systèmes d'identification numérique.


L'identité numérique, a-t-il souligné, permet l'interopérabilité dans l'intérêt des agences gouvernementales et des citoyens. Il a appelé les gouvernements africains à assurer l'interopérabilité en créant des normes de données et en s'attaquant au problème des sources de données multiples afin de garantir une économie et un gouvernement inclusifs et sécuritaires, et d'améliorer encore les collaborations et les mouvements entre les pays de l'Union africaine.



HOME

     About

     Governance

     Ambassadors

     Annual Events

     Media Hub

     ID Day

  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White YouTube Icon

© Copyright - ID4Africa

Terms

Privacy

Contact